Benoît Delaloy, Responsable international du sommet de l’élevage

  • Création : 2 janvier 2023

« Nous invitons nos amis algériens à nous rejoindre pour l’édition 2023 »

Benoît Delaloy, responsable international du sommet de l’élevage dresse bilan positif de la dernière édition de ce salon international tenu du 4 au 7 octobre dernier à Clermont-Ferrand. Dans une déclaration à Agroligne, il fait état pour cette 31ème édition du sommet d’un grand nombre de visiteurs, au total, 100.000 dont 3500 venus de 80 pays. Cela pour dire que l’édition du Sommet de l’élevage 2022 a té très internationale avec de nombreuses délégations étrangères qui ont sillonné les différents stands à la recherche d’opportunités d’affaires et de partenariat dans un secteur en évolution notamment en France ou le monde de l’élevage est de plus en plus développé avec l’introduction des nouvelles technologies et l’arrivée sur le terrain des startups.

Ce salon qui a vu l’exposition de plus de 2000 animaux ( entre bovins, ovins, caprins...) à travers 70 races a justement permis aux délégations étrangères de découvrir les nouveautés du secteur non seulement sur le lei de l’évènement mais dans d’autres sites. Les hôtes du sommet ont eu en effet l’occasion d’effectuer des visites ( une trentaine au total à travers les usines, agroindustrielles, les domaines d’élevage et les instituts de recherche français. Le sommet qui se tient depuis son lancement dans une région pastorale aspire à agrandir à l’avenir le nombre de ses visiteurs et de ses participants en lançant notamment l’invitation aux professionnels algériens et maghrébins de se secteur pour la prochaine

édition. « Le sommet est un salon professionnel parmi les plus important au monde dans son secteur. C’est un véritable supermarché de l’agriculture et de l’élevage et nous invitons nos amies algériens et maghrébins à nous rejoindre l’année prochaine 3 au 6 octobre 2023 », nous lance Benoît Delaloy ouvrant ainsi grandes les portes aux perspectives de partenariat dans ce domaine entre l’Algérie et la France.

La Mongolie compte sur l’expérience française pour développer son élevage

La Mongolie a été comme pays invité d’honneur du Sommet de l'élevage 2022. Avec un territoire dont 80 % est à vocation pastorale, elle présente des similitudes avec le mode d’élevage pratiqué dans le Massif-Central. Ce pays compte au total 67 millions d’animaux, dont 5 millions de bovins pour 3,4 millions d’habitants, ce pays d’élevage par excellence trois fois plus étendu que la France dispose d’un potentiel agricole considérable.

Si actuellement 99 % de l’élevage mongol est traditionnellement nomade, un programme de développement de ce secteur est en cours, notamment avec la mise en place d’élevages plus performants composés de races pures. Le pays prévoit de s’appuyer sur l’importation de 100 000 têtes de bovins, moitié race laitière et moitié race à viande. La Mongolie compte d’ailleurs sur l’expérience française pour moderniser son élevage. Nyankhuu Ulambayar, ambassadrice de Mongolie en France l’a bien souligné : « Nous souhaitons devenir un pays exportateur ; un pays producteur au lieu d'importateur aujourd'hui. Donc nous avons des défis à relever dans notre élevage, dans notre agriculture et dans notre économie ».

« Nous espérons apprendre des technologies, des savoir-faire, des excellences françaises en matière d'agriculture et d'élevage », a-t-elle ajouté.

Articles Populaires

On the road to IPACK-IMA 2021 : feu sur...
  • Création : 15 décembre 2019
LE SIMA SE REINVENTE !...
  • Création : 12 septembre 2019

Articles Pour vous

Le groupe français BIH, nouvel...
  • Création : 20 janvier 2020