Bienvenus

La newsletter de AgroLigne.com vous informe périodiquement de l’actualité de l'agroalimentaire et de l'agriculture.

Pour la recevoir, indiquez votre nom et votre adresse email et cliquez sur "S'abonner".

Connectez vous :

Inscrivez vous à la newslettre :

Il y a urgence à mobiliser l'ensemble des acteurs pour trouver les solutions les plus efficaces pour maîtriser l'orobanche et assurer ainsi le re-développement des surfaces de colza, véritable garde-manger pour les abeilles au printemps. Telle a été la recommandation majeure du Réseau Biodiversité pour les Abeilles quant à la prolifération de l'orobanche.   

La commune de Saint Pierre de Juillers (Charente-Maritime) est le cœur du foyer d'infestation de l'orobanche, espèce invasive qui se fixe sur les racines des colzas. C'est une plante parasite, c'est à dire qu'elle vit et se développe au détriment d'une autre plante hôte. Conséquence : la croissance de l'orobanche va jusqu'à tuer le colza. Sur la coopérative agricole de Saint Pierre de Juilliers, les surfaces de colza dépassaient les 1 800 ha au début des années 2000. Selon Jacky Auvinet, conseiller culture à la coopérative, aujourd'hui elles ne représentent plus que 750 ha. Cet effondrement de près de 60% des surfaces de colza inquiète les agriculteurs. Céréalier, Maxime Guiberteau a été obligé d'arrêter la production de colza sur une partie de son exploitation qu'il a remplacée par des pois et du tournesol. Problème : ces cultures n'offrent pas les mêmes marges que le colza qui offre en outre une sécurité de rendement par rapport à la sécheresse dans les sols superficiels de Charente-Maritime. Il estime la perte liée à l'orobanche à 10 voire 15% de son résultat économique.

Autre victime de la prolifération de l'orobanche : l'abeille.

Le colza constitue une source d'alimentation majeure pour les butineuses. En effet, avec le tournesol, le colza assure environ les deux tiers de la production de miel en France. Sa disparition risque d'avoir des conséquences dramatiques pour le secteur apicole déjà en crise. Apiculteur bio professionnel et président du Réseau Biodiversité pour les Abeilles, Philippe Lecompte souligne également le rôle clé du colza pour permettre un bon développement des colonies de butineuses au printemps. C'est en effet grâce aux apports de pollen et de nectar issus des champs de colza que les populations d'abeilles dans les ruches passent de quelques milliers à plusieurs dizaines de milliers d'individus.

Agriculteurs et apiculteurs lancent un appel à l'unisson

Peu de solutions sont actuellement disponibles pour contrôler l'expansion de cette espèce invasive. En lien avec les semenciers, les techniciens de la Coopérative agricole de Saint Pierre de Juillers testent les différentes variétés de colza en plein champ. Cela leur permet d'évaluer celles qui ont un bon comportement de tolérance vis-à-vis de l'orobanche et de les recommander aux agriculteurs. Mais cette solution peut se montrer insuffisante dans certaines situations pour garantir un bon contrôle de l'espèce invasive. Les variétés tolérantes aux herbicides de post-levée peuvent ainsi constituer une solution complémentaire à la tolérance variétale. Cette innovation issue de la technologie Clearfield vise à permettre l'application d'un herbicide destiné à contrôler l'orobanche sans conséquences sur les colzas. Elle devrait être prochainement testée par les agriculteurs pour s'assurer de son efficacité. Largement utilisées sur tournesol pour lutter contre une autre espèce invasive (l'ambroisie), ces variétés tolérantes restent attractives pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages, selon les observations menées par le Réseau Biodiversité pour les Abeilles. Pour sauver les abeilles, agir vite est l'unique solution! 

Plus d'informations sur: www.jacheres-apicoles.fr

 

French Arabic English Spanish

L’essentiel de l’Agroalimentaire et de l’Agriculture en Méditerranée

Agroligne 2005 - 2017 Tous droits reservés