Bienvenus

La newsletter de AgroLigne.com vous informe périodiquement de l’actualité de l'agroalimentaire et de l'agriculture.

Pour la recevoir, indiquez votre nom et votre adresse email et cliquez sur "S'abonner".

Connectez vous :

Inscrivez vous à la newslettre :

En 2010, la consommation globale de boissons sans alcool s’élevait à plus de 550 milliards de litres et la consommation individuelle à environ 80 litres. Après une année 2009 plutôt maigre, les ventes de boissons sans alcool ont enregistré une croissance de près de 4%.

Environ un tiers de toutes les boissons écoulées dans le monde entier ne contiennent pas d’alcool et un tiers sont des boissons chaudes. Le troisième tiers se répartit quasiment à parts égales sur le lait et les boissons alcoolisées.

soda_boissons

Le moteur qui fait augmenter la consommation des boissons sans alcool reste l’Asie avec un quart de la consommation mondiale. L’Inde s’est démarquée en 2010 avec des taux de croissance de 16 % et la Chine avec 14 %. L’Amérique du Nord représente un cinquième des ventes mondiales, la consommation ayant légèrement diminué en 2010. Egalement en très forte expansion mais en partant d’un niveau bas : le marché africain et du Moyen-Orient avec moins de 10 % de la consommation mondiale.
Les achats de boissons sans alcool s’élèvent actuellement à 35 l/tête en Asie tandis qu’on en est encore à 10 l de moins en Afrique et au Moyen-Orient.

En 2010, on a également apprécié les boissons sans alcool en Amérique latine. L’augmentation de 5 % au total est notamment générée par le marché brésilien qui représente 30 % du volume des achats de boissons sans alcool en Amérique latine et a enregistré en 2010 une croissance de 7 %.

Le marché de l’Europe de l’Est, en particulier la Russie, s’est quant à lui nettement redressé. Le marché des boissons sans alcool de l’Europe de l’Ouest a enregistré une baisse des ventes inférieure à 1 %, ceci cependant en partant d’un très haut niveau puisqu’il détient 18 % des ventes mondiales. Dans l’ensemble, les pays du BRIC ((Brésil, Russie, Inde, Chine) sont les principaux marchés d’avenir pour les soft drinks. Alors qu’ils représentaient au total au début du millénaire tout juste 12 % des ventes globales de boissons sans alcool, leur part dépassait déjà 20 % en 2010. D’ici 2015, on prévoit encore une augmentation jusqu’à 25 %.

jus_fruits_01 Si on considère les ventes globales de boissons sans alcool réparties par catégories, les jus de fruits et boissons à base de jus de fruits ainsi que les boissons sportives et les boissons rafraîchissantes gazeuses ont enregistré en 2010 une légère croissance tandis que l’eau conditionnée a connu une hausse plus sensible d’environ 4 %. L’eau conditionnée représente ainsi 30 % de la consommation mondiale de boissons sans alcool. Les boissons énergisantes se sont démarquées par des taux de croissance à deux chiffres. En Europe de l’Ouest, les marchés les plus porteurs dans ce segment sont le Danemark, la France et la Norvège.

Les eaux enrichies offrant des effets bénéfiques complémentaires sont de plus en plus appréciées. Les ventes ont plus que doublé depuis 2005. Avec une part de 80 % du volume global, trois marchés sont essentiellement en vue : l’Allemagne, les USA et le Japon. Qu’il s’agisse de compléments vitaminés, minéraux, fruités ou d’eau enrichie en oxygène, il existe des eaux à effets bénéfiques complémentaires dans toutes les variations entièrement adaptées aux souhaits des consommateurs dans les diverses régions du monde. Environ 30 milliards de litres de boissons RTD (Ready to Drink) à base de thé ont été bus en 2010 dans le monde entier. Notamment les concepts de boissons naturelles tenant compte de l’aspect pratique ont du succès. Les quatre marchés de la Chine, du Japon, des USA et de l’Indonésie représentaient trois quarts des ventes mondiales totales. On s’attend à une poursuite de la croissance dans les prochaines années.

Intégralité de l’article dans le Magazine Agroligne N°80...

Consultez les autres dossiers...

French Arabic English Spanish

L’essentiel de l’Agroalimentaire et de l’Agriculture en Méditerranée

Agroligne 2005 - 2017 Tous droits reservés